A vélo en Bourgogne, le long du célèbre EuroVelo 6

316
0
A vélo en Bourgogne, le long du célèbre EuroVelo 6

L’itinéraire cyclable longue distance, l’EuroVelo 6, parcourt 3 653 km de la mer Noire à l’Atlantique, en suivant le cours des grands fleuves européens. Rupert Parker enfourche son vélo et tente un petit tronçon le long de la Saône à travers la Bourgogne du Sud.

EuroVélo 6 de Dole

Alors que je pars, la dame du B&B Maison Curie me dit de visiter le cimetière si j’y arrive difficilement. “Ils ont toujours un robinet où vous pouvez remplir votre eau”, dit-elle. C’est un bon conseil, que je vais suivre dans les prochains jours alors que je fais du vélo EuroVélo 6sous un ciel sans nuage, désespéré d’étancher ma soif.

Pour arriver à mon point de départ dans le Dole, j’ai pris l’Eurostar depuis Londres, traversé Paris, puis pris un train rapide. La ville fut la capitale de la Franche-Comté pendant plus de 300 ans, avant que Louis XIV ne déplace le parlement de Besançon. D’imposants bâtiments, dont le magnifique L’Hôtel Dieu, autrefois hôpital, témoignent de son passé prospère. Le célèbre scientifique, Louis Pasteur, est né ici dans une tannerie et ils ont conservé sa maison comme musée.

Le canal Rhin-Rhône traverse le centre et je commence ma balade sur le chemin de halage bordé d’arbres avant de rencontrer la Saône. Il s’agit d’un tronçon de voie navigable tranquille, sa surface regorgeant de nénuphars, déserte à l’exception d’un bateau de plaisance occasionnel. Ils viennent de Saint-Jean-de-Losne qui, du fait de sa situation au confluent de deux canaux et du fleuve, est l’un des plus grands ports fluviaux de France. L’eau est large ici et ses rives sont remplies d’embarcations de toutes formes et tailles.

Je longe le village de Pagny-la-Ville en quittant la rivière, mais le rejoint à Seurre où je passe la nuit en chambres d’hôtes La Valériane, une fois la gendarmerie. La famille m’invite à son barbecue du samedi et sert des morceaux de choix de bœuf charolais, provenant du boucher local. Le généreux propriétaire, qui est aussi le major de la ville, ouvre des bouteilles de Bourgogne millésimé de qualité et mon français semble s’améliorer considérablement.

Le lendemain matin, la brise chasse les toiles d’araignées de mon cerveau alors que je fais du vélo à travers le pays pour rejoindre le Doubs pour une courte section. Celui-ci rencontre la Saône à Verdun-sur-le-Doubs, célèbre pour la Pôchouse, l’équivalent bourguignon de la Bouillabaisse. C’est un ragoût de poisson de rivière local, cuit dans du vin blanc et je peux le goûter à Hostellerie Bourguignonne. Leur version supprime la plupart des arêtes, ajoute de la crème et comprend de l’anguille, du sandre, de la perche, de la tanche et de la carpe. Il y a aussi quelques tranches de pain à l’ail grillé pour s’imprégner du jus et c’est le déjeuner parfait pour un cycliste affamé.

Peut-être à cause de l’influence du vin, je perds la piste cyclable et me retrouve sur la route principale, traqué par des camions tonitruants. C’est aussi la journée la plus chaude de mon parcours et j’arrive à Chalon-sur-Saône, complètement vidé. De copieuses quantités d’eau me ravivent suffisamment pour explorer la ville. Son quartier médiéval est en grande partie intact et les deux tours de l’impressionnante cathédrale Saint-Vincent dominent la place. Le fils le plus célèbre de Chalon est Nicéphore Niépce, l’inventeur de la photographie, et sa statue se dresse au bord de la rivière.

Mon lit pour la nuit est à trois miles à Dracy, légèrement hors piste, mais Hôtel Le Dracy a non seulement une piscine de bienvenue mais sert également une excellente cuisine. Le lendemain, je suis le Canal du Centre qui relie la Saône à la Loire en une série de 80 écluses. Au loin, j’aperçois les vignobles bourguignons caractéristiques bordant les collines boisées et m’arrête à Santenay à Domaine Prosper Maufoux pour une dégustation. Il fait frais dans la cave mais le vigneron me dit que le cépage Pinot Noir a vraiment du mal avec l’augmentation des températures. Si le réchauffement climatique continue, ils devront le remplacer par un autre cépage.

Je quitte l’EuroVelo pour voir le magnifique Château de Couches. Comme vous vous en doutez, il est construit sur des hauteurs, donc c’est un peu difficile. Il y a un haut de gamme Chambres d’hôtes dans le parc où je passe la nuit en me sentant comme le roi du château. Le lendemain, je suis de retour sur le Canal du Centre et pénètre dans le cœur industriel de la Bourgogne. Il ne reste d’une usine de céramique qui employait 500 personnes que le manoir du propriétaire, Villa Perrussonrécemment restauré.

Plus loin, à Blanzy près de Montceau-les-Mines, il y a un excellent musée consacrée à l’extraction du charbon, une industrie qui employait autrefois 13 000 personnes. Ils ont conservé le mécanisme de remontage d’origine et il est toujours en état de marche, mais vous n’êtes pas autorisé à descendre. Ils ont plutôt reconstruit une série de galeries à la surface avec du matériel provenant de mines abandonnées. Il évoque efficacement les conditions cauchemardesques et le sens de la claustrophobie endurées par les mineurs.

C’est aussi la fin du chemin pour moi. Je vais laisser mon vélo ici et prendre mon dernier déjeuner à Au Vieux Saule à Torcy, avant de reprendre le TGV pour Paris depuis Montchanin. Je ne peux m’empêcher d’être triste de ne pas avoir abordé tout le parcours ou, du moins, toute la partie française. La prochaine fois je partirai de Bâle, je traverserai l’Alsace puis j’entrerai en Bourgogne-Franche-Comté, avant de longer la Loire jusqu’à l’Atlantique. C’est tout à fait possible me dis-je, car c’est surtout sur le plat, le long des rivières et des canaux – donnez-moi juste un mois.

le EuroVélo 6 est bien signé et presque impossible de se perdre. L’hébergement le long de la route se fait principalement dans de charmantes chambres d’hôtes et des restaurants servent de délicieux plats et vins locaux. J’ai transporté tout ce dont j’avais besoin dans deux sacoches et j’ai loué mon vélo sur place. Si vous prévoyez de tout faire, il est préférable d’apporter votre propre vélo et il y a de nombreux ateliers de réparation le long du chemin.

fr.voyages-sncf.com peut organiser un voyage en train de Londres via Paris à Dole; Bourgogne-Franche-Comté Tourisme a des informations sur la région.

Rupert Parker est un écrivain, photographe, caméraman et producteur de télévision. Ses intérêts particuliers sont la nourriture et les voyages et il écrit sur tout, de l’aventure en pleine nature aux visites gastronomiques du spa. Découvrez ses dernières aventures sur son site Planète Appétit

★★★★★

0
Les Pépites de France
Publié par Les Pépites de France L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *