Azincourt | Les légendes et un musée historique

544
0
Azincourt |  Les légendes et un musée historique

Il n’y a pas de vrais gagnants lorsque deux nations se séparent, mais nous vivons aujourd’hui à une époque où les guerres peuvent durer des années et faire d’innombrables victimes civiles. C’est donc une expérience surréaliste de visiter le musée d’Azincourt à côté d’un champ où un conflit international – légendaire depuis des centaines d’années – s’est terminé avant l’heure du thé.

La bataille d’Azincourt débuta sous une pluie battante en fin de matinée du 25 octobre 1415, jour de la Saint-Crispin. Et en milieu d’après-midi, la crème de la noblesse française avait été abattue dans la boue par la puissance de feu des archers anglais.

L’armée anglaise

L’armée anglaise, estimée aujourd’hui à environ 8 500 hommes, marchait vers Calais pour rentrer chez elle par bateau après une campagne en Normandie. Ils étaient dirigés par le roi Henri V et faisaient face à une armée française d’environ 12 000 hommes. L’armée d’Henry, composée de soldats anglais et en grande partie d’archers gallois, était déjà épuisée et souffrait de dysenterie. Certains d’entre eux ont enlevé leur pantalon et se sont battus à moitié nus. Beaucoup d’entre eux ont embrassé la terre de ce coin du Pas de Calais dans le nord de la France. Ils pensaient qu’ils y seraient enterrés plus tard dans la journée. Henri V a entendu la messe, non pas une fois, mais trois fois.

L’armée française

Les Français étaient dirigés par le connétable de France Charles d’Albret et le maréchal Jean II le Meingre (Boucicaut). La bataille « n’a duré que quelques heures », raconte Ludovic Hiltenbrand, directeur du Centre Azincourt 1415. Mais c’est une victoire décisive pour les Anglais et elle est entrée dans la légende. Les Français, portant une armure lourde et enlisés dans la boue, ont été abattus alors que des flèches perforantes d’une portée de 250 mètres ont été lâchées par les arcs longs innovants de leur ennemi. Parmi les perdus se trouvait Gallois de Fougières, maréchal de France. Il était effectivement le premier gendarme enregistré à être mort dans l’exercice de ses fonctions. Le fonctionnaire en uniforme que nous connaissons aujourd’hui, le ‘Gendarme’est un dérivé de ‘gens d’armes’ou des gens avec des armes (des armes), d’où l’expression « prendre les armes ».

Cherchez Azincourt sur la carte et vous ne le trouverez pas. Le village s’appelle en fait Azincourt, niché dans la campagne luxuriante des Sept Vallées. Le changement d’orthographe est dû à une mauvaise prononciation par un chevalier anglais. Interrogé par Henri V sur le nom de la forteresse voisine, il le prononça Azincourt.

Vous pouvez toujours voir le terrain où la mise au jeu a eu lieu. La plupart sont maintenant des terres agricoles et le tout bordé de routes de campagne tranquilles – un circuit de 4 km à pied ou en voiture.

Au cœur du village, vous trouverez l’excellent musée Centre Azincourt 1415.

Centre Azincourt 1415 – Le Musée d’Azincourt

Display cabinets of medieval clothes and weapons

Le musée d’Azincourt totalement relooké (2021) a pour vocation de raconter l’histoire vraie du grand 15e bataille du siècle et fournit de nouveaux détails sur le conflit anglo-français surnommé la guerre de Cent Ans.

Le nouveau musée a été conçu par le professeur et auteur britannique Anne Curry, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Southampton, et l’historien et auteur français Christophe Gillot, directeur du Centre. Ils se sont penchés sur des documents relatifs à la bataille d’Azincourt qui ont survécu dans les archives nationales du Royaume-Uni ainsi que des chroniques et des documents en France. Leur travail a conduit à une nouvelle compréhension de la bataille.

Medieval suits of armour

La légende d’Azincourt

Pendant de nombreux siècles, une grande partie de notre « connaissance » d’Azincourt est venue de William Shakespeare. Qui peut écouter et ne pas être ému par les discours émouvants que le roi d’Angleterre prononce dans Henry V de Shakespeare (1599) :

« Une fois de plus à la brèche, chers amis, une fois de plus ;

Et
Nous quelques-uns, nous quelques-uns heureux, nous bande de frères

Ce sont des mots qui ont inspiré maintes et maintes fois, représentant «l’anglicisme» et le triomphe face à l’adversité. Quelque 500 ans plus tard, le célèbre film de la pièce de Laurence Olivier, sorti en 1944, était consacré aux commandos et aux troupes aéroportées qui ont rendu possible le jour J. Une belle pièce de propagande.

Mais tout ce que nous pensons savoir n’est pas vrai. Et le Centre Azincourt1415 se propose de dissiper les mythes et d’interroger l’histoire réelle et extraordinaire.

Le musée Azincourt donne beaucoup d’informations de manière simple et digeste – en français et en anglais. Essayez des jeux comme Sovereigns of the Hundred Years’ War. Découvrez ce que mangeaient les soldats, et des mots du Moyen Age, et des détails de la vie quotidienne, les vêtements de l’époque, les maladies, le traitement des blessures.

La section consacrée aux armures montre comment les différents rangs étaient protégés. Bien sûr, plus vous étiez riche, meilleur était votre équipement. Une vidéo montre comment un chevalier a enfilé son armure (ce qui n’est pas une tâche facile). Et vous avez la chance de sentir le poids d’un casque, de manier une épée médiévale et de ressentir la force nécessaire pour tirer avec un arc long. Il y a des écrans interactifs avec lesquels jouer, des vidéos et des touches intelligentes – écoutez la guerre de Cent Ans expliquée en 100 secondes.

Le Centre Azincourt 1415 propose chaque année des animations : banquets médiévaux, Nuit au Musée, expositions… (Voir le site Web ci-dessous pour plus de détails).

Que voir aux alentours

Mais Azincourt n’est pas la seule raison de faire escale dans cette charmante région de douces terres agricoles vallonnées parsemées de petits villages et de fermes. Cinq petites rivières coulent vers le sud pour rejoindre deux rivières plus importantes – la Canche et l’Authie, d’où le nom des Sept Vallées. Rendez-vous à l’Office de tourisme de la ville historique d’Hesdin pour obtenir des informations sur les activités de plein air telles que la randonnée, le vélo et la pêche.

Suivez la Canche à travers les Sept Vallées vers son estuaire au Touquet et vous passez par Montreuil-sur-Mer. Vaut vraiment le détour pour ses promenades sur les remparts, sa citadelle historique et ses rues pavées. C’est ici que Victor Hugo a mis en scène Les Misérables.

Montreuil est également devenu une destination phare pour les gourmands, grâce à un nombre indécent de bonnes tables pour une ville de seulement 2 500 habitants. Dégustez la cuisine étoilée d’Alexandre Gauthier à La Grenouillère sous les remparts. Ou une flammekueche traditionnelle au Caveau.

Montreuil regorge de boutiques indépendantes intéressantes, du genre que l’on voit rarement dans les rues commerçantes britanniques de nos jours. Les amateurs de fromage devraient préparer un sac isotherme pour s’approvisionner à la Fromagerie Caseus sur la place Général de Gaulle. Un grand marché se tient sur la place le samedi matin. À l’opposé, Aux Douceurs d’Antan propose une gamme de produits locaux allant des chocolats et des biscuits à la soupe, à la confiture et à la bière. Les enfants adoreront Dragibonbons, une confiserie de la rue d’Hérambault qui fabrique ses propres “gâteaux” à thème à partir de bonbons. Tandis qu’Oliviers près de la Citadelle est une caverne d’Aladdin de vins et spiritueux.

Par Gillian Thornton et Janine Marsh

DÉTAILS

Centre Azincourt 1415, 24 rue Charles VI, 62310 Azincourt, www.azincourt1415.fr

Ouvert toute l’année : 10h-17h30 sauf le mardi (10h-16h30) ; Juillet/Août : 10h – 18h30

★★★★★

0
Les Pépites de France
WRITTEN BY

Les Pépites de France

L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.