La route du pruneau de France

587
0
La route du pruneau de France

Il y a un musée près d’Agen dans le sud-ouest de la France qui vous émerveillera comme aucun musée ne vous l’a fait auparavant.

Vous sentirez la production de bile de votre corps augmenter, le taux de sucre dans le sang se stabiliser, les paramètres d’ossification s’améliorer considérablement et le cholestérol chuter rapidement. Vous pouvez même sentir que les toxines sont évacuées. La détente est palpable. La fibre soluble palpable.

On n’a rien de tout ça au Louvre.

Ou en fixant le plafond Sixtine.

Le New York Met et la Tate London n’ont rien sur Musée du Pruneau de la ferme Berino-Matinet à Lafitte-sur-Lot dans le Lot-et-Garonne.

“Awe” est le seul mot pour cela.

C’est la seule façon de décrire le sentiment que l’on ressent lorsque l’on se retrouve en présence des deux plus vieux pruniers du monde.

Les attractions vedettes et les plus prisées du premier – et jusqu’à présent le seul – musée du pruneau au monde, sont des prunes âgées et très fragiles. Ce sont les pruneaux les plus anciens et les plus ratatinés en captivité. Les experts pensent qu’ils n’ont pas de prix. Même s’ils ne seront jamais mis aux enchères. Les réglementations en matière de sécurité alimentaire garantissent cela.

« Le Musée du Pruneau Gourmand » abrite une collection unique d’accessoires liés au pruneau. Ses fameuses reliques marinées, qui sont conservées dans une armoire hermétique et antivol pour dissuader les collectionneurs privés (oui vraiment), datent de 1857. Ce sont des célébrités locales. Bien qu’ils ne soient plus comestibles, ils ont une grande importance historique.

Agen

Agen est le centre de l’industrie française de la culture de la prune et de la prune. C’est une région qui est imprégnée de pruneaux. Chaque mois de septembre, des millions de prunes violettes et douces et veloutées sont secouées dans d’immenses parapluies inversés dans le Lot-et-Garonne. Les prunes d’Agen ont une teneur élevée en sucre qui leur permet de mûrir complètement sur l’arbre – sans fermenter autour du noyau. Environ 30% d’entre eux sont transformés en pruneaux. Agen produit en moyenne 45 000 tonnes de pruneaux chaque année.

“La Route du Pruneau” est une route touristique balisée officielle qui vous emmène dans des villages dépendant du pruneau comme Beauville, Bonaguil, Lacapelle-Biron, Mouflanquin, Villeneuve-sur-Lot et le village médiéval de Pujols qui a un marché hebdomadaire où les prunes et les pruneaux occupent le devant de la scène. Les fermes de pruniers locales proposent des dégustations aux commerçants de passage. Dans certaines villes, il y a des “boutiques de pruneaux” vendant une grande variété de choses pruneaux. Pensez pruneaux enrobés de chocolat noir et peut-être une pincée de piment d’Espelette, crème de pruneaux et pruneaux immergés dans du rhum, Eau de vie de Prune d’Ente et Pruneaux à l’Armagnac. Abandonnez ces souvenirs de pruneaux et de crème anglaise froide que vous avez peut-être eus à l’école – les pruneaux sont cool !

Agen organise chaque année un “Grand Salon du Pruneau” le dernier week-end d’août. L’hôtel de ville de la place Esquirol est baigné d’une lumière couleur prune. La rue principale est transformée en Le Boulevard des Pruneaux et des pruneaux sont distribués gratuitement.

Les pruneaux sont partout. Vous vous attendez à moitié à aller dans votre chambre d’hôtel et à trouver un pruneau qui vous attend sur votre oreiller.

A la boutique de l’usine Maitre Prunille à Casseneuil on vous dira “nous les français chérissons nos pruneaux”. Ils sont dans notre sang. Nos mères nous ont élevés avec du pain aux pruneaux, des tartes glacées, des viennoiseries moelleuses fourrées, des petits fours fourrés aux pruneaux. A Noël, la dinde est toujours farcie aux pruneaux.

L’histoire étonnamment fascinante du pruneau

En français “une prune” est, en fait, une prune et un pruneau est “un pruneau”. Le pruneau d’Agen, qui reçut son appellation officielle au XVIIIe siècle, fut d’abord connu sous le nom de « Pruneau de Bordeaux » car il était acheminé en grande quantité vers l’Angleterre et la Hollande depuis le port de Bordeaux.

Les graines de prunier ont d’abord fait leur chemin vers la France depuis la Chine, transportées par les marchands via la route de la soie. Les Romains ont planté des pruniers en Gaule et les moines bénédictins de l’Abbaye de Clairac (dans le Lot-et-Garonne) ont ramené les pruniers que nous connaissons, à leur retour des croisades au XIIème siècle. L’une des variétés les plus populaires aujourd’hui est prune d´Ente, qui vient du vieux français « entrer », qui signifie greffer, car les moines greffaient les arbres pour les faire fructifier. La culture du pruneau s’est développée au XVIe siècle.

Le pruneau d’Agen est le seul fruit sec à bénéficier d’une IGP (Indication Géographique de Protection Origine) de l’Union Européenne.

Des pruneaux, des pruneaux et encore des pruneaux

Dans toute la région du Lot-et-Garonne, vous trouverez des plats de pruneaux à la carte de la plupart des restaurants. Pain aux pruneaux, tajines aux pruneaux, plats de pommes de terre et de légumes aux pruneaux, et à peu près tout, des poitrines de pintade, du canard et des oies aux champignons farcis aux pruneaux. Et en dessert, le crumble de pruneaux au cépage Armagnac local est plutôt délicieux. Ils sont également appréciés au fond d’un verre de vin chaud à Noël.

Pour créer un pruneau, le temps de cuisson est déterminé par le taux de sucre de la prune. Habituellement, cela se situe entre 18 et 26 heures à 75 ° C. Il y a deux siècles, ils étaient séchés sur des ronces, puis dans un fournière, ou four à pain. Après séchage, appelé le machonnage, les pruneaux sont calibrés. Il faut 3 kilos de prunes pour produire un kilo de pruneaux.

À la confiserie Boisson, dans les ruelles d’Agen, six générations de la famille Boisson baignent et font bouillir des pruneaux dans de grandes marmites en laiton et les font sécher au four depuis 1835. La boutique regorge de conserves de pruneaux, de confitures, de bonbons et de leur spécialité. , pruneaux chocolat-truffe à la pâte de pruneau.

Une visite dans cette boutique et vous deviendrez un habitué…

Le saviez-vous: Les pruneaux ont été introduits aux USA par le français Louis Pellier d’Agen, parti à la recherche de l’or californien. Son entreprise d’extraction d’or a été un échec et il s’est tourné vers l’agriculture. En 1850, Pellier greffe une bouture de porte-greffe d’Agen sur des pruniers sauvages poussant dans la vallée de Santa Clara. Et le reste, comme on dit, c’est de l’histoire…

Sites utiles : Musee-du-pruneau.com ; fr.destination-agen.com

Recette du Far Breton – flan aux pruneaux, spécialité bretonne

★★★★★

0
Les Pépites de France
WRITTEN BY

Les Pépites de France

L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.