L’artisan peau de poisson à Fanlac, Dordogne

299
0
L'artisan peau de poisson à Fanlac, Dordogne

Caché sur l’une des collines de la Dordogne, Fanlac a été rendu célèbre en France par Jacquou le Croquant d’Eugène Le Roy, un roman se déroulant dans ce village pittoresque qui a ensuite été le lieu de tournage de l’histoire d’une série télévisée populaire et d’un film en 2007…

Célèbre comme elle est en France, la petite ville du département de la Dordogne en Aquitaine, pourrait facilement être manquée par les visiteurs, ce qui serait dommage car c’est un joli village de maisons gigognes faites de la pierre dorée locale et très typique de la zone. C’est aussi la maison d’un atelier niché parmi les maisons et les pigeonniers, dans l’une des ruelles étroites juste à côté de la place du village avec son église fortifiée du XIIe siècle. Quiconque est assez intrigué pour suivre le panneau indiquant « Artisan du cuir » et marqué de deux poissons se retrouvera dans une histoire qui l’éloigne des attractions touristiques du village environnant et le place parmi une tribu sibérienne indigène largement oubliée.

Kristof Mascher travaille dur dans son atelier sombre avec ses longues tables en bois et ses vitrines, qui est trop heureux de prendre le temps d’expliquer l’histoire de son travail avec le cuir. Ses photos, sacs, ceintures et étuis sont tous fabriqués à la main par Kristof et incorporent des motifs dans ce qui ressemble, à première vue, à de la peau de serpent.

sac en peau de poisson

« Pas du tout », rigole Kristof, « je n’utilise que des peaux d’esturgeons et de saumons qui ont été élevés pour l’alimentation puis tannés uniquement avec des produits végétaux et des colorants. C’est un produit très écologique.

Dans le sud-est de la Sibérie, un peuple indigène appelé les Nanais a développé une technique de tannage spécialisée pour la peau de poisson qui leur a permis de fabriquer des vêtements imperméables.

anatol-donkan-allemagne« Le grand-père de mon grand-père était un marchand qui parcourait les villages pour recueillir des exemples de costumes indigènes », résume Kristof. « Il les a ensuite donnés à des musées en Europe. Mon oncle, qui faisait des recherches sur sa vie, est tombé sur un descendant de cette tribu, Anatol Donkan, qui est aujourd’hui un artiste renommé dans le domaine de la sculpture indigène. Après des recherches et des expérimentations approfondies, Anatol a réussi à améliorer la technique de tannage de la peau de poisson des Nanais, car la méthode originale produisait des peaux en partie crues et encore à l’odeur de poisson. En collaboration avec un spécialiste suisse, Anatol a travaillé pour améliorer et moderniser la méthode ancestrale et a réussi à produire un cuir de peau de poisson indéchirable en utilisant uniquement des extraits de plantes.

Aujourd’hui, il y a 10 000 Nanais survivants, mais seuls les plus âgés parlent encore leur propre langue. Leur culture a été pour la plupart anéantie et oubliée. Anatol Donkan a travaillé sans relâche pour leur redonner une place dans l’histoire et leur redonner une des anciennes traditions.

Anatol produit le cuir de peau de poisson en utilisant sa technique unique et Kristof les utilise dans ses créations artisanales exquises. Kristof démontre la supériorité du cuir d’Anatol en montrant aux visiteurs une autre peau, cette fois traitée avec des produits chimiques dans une procédure dangereuse qui laisse la peau de poisson flasque et d’un gris terne uniforme.

produit peau de poisson“J’incruste le cuir de peau de poisson, en utilisant sa coloration, son design et ses nuances uniques pour produire différents effets”, explique Kristof. “Les dessins que je fais sur les sacs sont mon petit hommage à la nature : des feuilles, des poissons, des fleurs ou le soleil, par exemple.”

Kristof passe un peu de temps chaque année à faire du canoë sur les rivières mongoles. Il est né en Suède mais sa mère était allemande, il vend donc principalement son travail soit de son atelier ou lors de foires artisanales annuelles en Allemagne. Il a quitté la maison en tant que jeune homme pour se frayer un chemin à travers la France et a finalement appris son métier en tant qu’apprenti chez un artisan maroquinier parisien qui a ensuite déménagé en Dordogne. Kristof a également élu domicile ici et maintenant son fils aîné travaille avec lui et apprend le métier et assure la pérennité de ce métier peu connu…

Par Janet Duignan qui vit en Dordogne. Elle a une connaissance approfondie du commerce du cuir acquise en Argentine et lors de ses voyages dans le monde entier.

★★★★★

Les Pépites de France
Publié par Les Pépites de France L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *