Les 5 meilleurs films de Dracula qu’il faut avoir vus

137
0
Les 5 meilleurs films de Dracula qu’il faut avoir vus

“Je ne bois jamais… Du vin”. La phrase immortelle de Béla Lugosi, tirée du film Dracula de Todd Browning en 1931 1931, sombre et drôle, souligne la caractéristique qui rend un vampire si effrayant : un vampire boit du sang, pas du vin, et peut aspirer la vie hors de vous. De plus, selon l’histoire ou le film, il peut se transformer en chauve-souris et voler en conséquence. Et il peut vivre éternellement s’il se tient à l’écart du soleil et des crucifix. (Dans le film intelligent et drôle de Roman Polanski, Fearless Vampire Killers, sorti en 1967 et mieux connu sous son titre original Vampire Dance, un vampire juif rencontre un crucifix en riant avec dédain). Il possède également des pouvoirs surhumains ou semi-surhumains et peut très facilement hypnotiser les gens. Et ainsi de suite.

De tous les monstres du cinéma, les vampires semblent être les plus malléables ; l’ensemble des règles les concernant peut être exceptionnellement adapté. (Dans l’adaptation cinématographique du Dracula de Francis Ford Coppola, par exemple, le comte de Gary Oldman se promène souvent à la lumière du jour). C’est peut-être la raison pour laquelle Dracula est, selon Wikipedia, la deuxième adaptation cinématographique de personnages de fiction la plus populaire après Sherlock Holmes. Le roman de Bram Stoker, qui nous a donné le vampire populaire, est un roman épistolaire contemplatif, dont la morosité catholique panique est probablement destinée à dissimuler les origines irlandaises de l’auteur Bram Stoker. Dans la plupart des films de vampires, la nature charnelle inhérente aux suceurs de sang est mieux représentée que dans les adaptations de Stoker.

Nos featurettes sont une collection de cinq films cultes dans lesquels Dracula joue le rôle principal. Les films sont présentés dans l’ordre chronologique. Vous pouvez ainsi suivre de vos propres yeux l’évolution des films sur Dracula et l’évolution de ce personnage.

5. Nosferatu

Année : 1922 ;

Réalisation : F.W. Murnau ;

Distribution : Max Shrek, Greta Schroeder, Gustav von Wangenheim ;

Note de Rotten Tomatoes : 97%

Il est toujours intéressant de voir comment l’arrière-grand-père des films de vampires a failli devenir un film “perdu”. Lorsque le génial réalisateur allemand F.W. Murnau a conçu le film sous-titré Symphonie de l’horreur, lui et le scénariste Henrik Galen ont repris des éléments importants du roman de Stoker, mais ont changé les noms des personnages. Ils ont plaidé coupable, mais comme ils n’ont pas clarifié leurs droits, la succession de Stoker (l’auteur est mort en 1912) a intenté un procès. Et ils ont gagné. Le film a été détruit, mais quelques copies ont survécu, et c’est grâce à elles que nous avons ce magnifique film qui a presque 100 ans.

Malgré les accusations habituelles des pseudo-amoureux actuels du cinéma muet, à savoir qu’il est trash, ridicule et vieux, Nosferatu reste un film à l’atmosphère rafraîchissante. Le comte Orloff, le vampire interprété par Max Shrek, a une apparence grotesque et d’outre-tombe qui a encore aujourd’hui un caractère culte. Sa familiarité avec la photographie en négatif et en accéléré, qui s’apparente davantage à une image fixe, reste unique et raffinée. L’intégration du romantisme allemand dans l’orientation puritaine et catholique de Stoker est absolument convaincante. Le bateau fantôme avec le vampire mort-vivant à la proue du navire, la plage couverte de croix – ces images et d’autres ont créé un lexique de l’horreur que les cinéastes utilisent encore aujourd’hui.

Nosferatu marqua le début d’une série de films sur Dracula, dont les sorties s’espacèrent de plus en plus. L’intérêt du public pour cette représentation ne cessait de croître. Très vite, Dracula devint une partie intégrante de la culture mondiale et n’existait plus seulement dans les pages des romans et sur les écrans de cinéma. L’histoire du vampire a continué à être diffusée par le biais de représentations théâtrales et de séries télévisées. Et avec l’avènement des machines de jeu, une série de jeux vidéo populaires lui ont été consacrés. Même les développeurs de jeux d’arcade n’ont pas ignoré Dracula. Il est le personnage d’une série de machines à sous populaires de studios connus, que l’on trouve dans les catalogues des casino francais en ligne. Toutefois, avant de commencer à jouer, vous devez décider quel site est le plus rentable. Vous pouvez choisir soit un casino en ligne avec licence, soit un casino sans licence. Il convient toutefois d’être prudent lors de la sélection de tels sites afin de ne pas tomber sur des escrocs. Vous pouvez consulter la liste des meilleurs casinos en ligne sans licence sur le portail web SlotsUp FR.

4. le fils de Dracula

Année : 1943 ;

Réalisation : Robert Siodmak ;

Distribution : Lon Chaney, Frank Craven, Evelyn Ankers ;

Note de Rotten Tomatoes : 60% ;

Ce serait probablement une généralisation pour le moins inexacte que de dire que les films d’horreur d’Universal Pictures allaient de A à B à la fin des années 1930. Mais lorsque le réalisateur James Whale a tourné le dos au genre (il a dirigé les deux premiers films de Frankenstein, The Invisible Man et l’indélébile The Old Dark House dans les années 1930) et lorsque le réalisateur de Dracula Tod Browning a été repris par la MGM, les réalisateurs individuels de projets d’horreur à petit budget n’étaient plus une priorité pour Lemmle House. Ce remarquable film sur Dracula, réalisé près d’une décennie après la fille de Dracula, a été une aubaine grâce à la présence derrière la caméra de Robert Siodmak, un compatriote allemand de Billy Wilder doté d’un véritable sens du surréalisme.

“Oui, le scénario est idiot. Dracula arrive dans le Nouveau Monde, plus précisément à la Nouvelle-Orléans, infestée de miasmes, sous le pseudonyme de “Comte Alucard”. Cela signifie bien sûr “Dracula” à l’envers. Je dois dire qu’à huit ans, cela m’a vraiment époustouflé. – Olivia Martinez, expert chez SlotsUp FR. Alucard est joué par Lon Chaney Jr, un personnage un peu plus lourd que Bela Lugosi. L’effet chauve-souris n’est pas génial. Malgré tout, Siodmak apporte beaucoup de ce que le sous-titre des bandes dessinées de EC appelle “fetid”. Et il travaille avec une vraie conviction sur l’amour entre Alucard et sa principale victime, Louise Allbritton, qu’il mène à une fin vraiment sombre. Et que cela soit difficile ou non, on voit dans la manière dont Chaney nage vers sa proie une source d’inspiration pour le genre de décalage qui sera développé des décennies plus tard par Spike Lee et Ernest Dickerson.

3. Dracula

Année : 1958 ;

Réalisé par Terence Fisher ;

Distribution : Christopher Lee, Peter Cushing, Carol Marsh ;

Note de Rotten Tomatoes : 90

La figure de proue du studio britannique Hammer pour les suceurs de sang, parfois simplement appelé Dracula, annonce ses intentions impitoyables dès le début : du sang est projeté sur le cercueil dans le plan, juste pour montrer qu’il s’agit d’un film en couleur et qu’il y aura du sang dedans. Tant mieux pour vous.

Pour sa première apparition en tant que Dracula – un rôle avec lequel il entretient une relation plutôt ambiguë – Christopher Lee aborde d’abord Jonathan Harker (ici un chasseur de vampires déguisé et non un simple agent immobilier) avec l’efficacité revêche d’un bureaucrate. La femme très voluptueuse prise au piège, interprétée par Valerie Gont (outre le sang, les films d’horreur de la Hammer étaient fascinés par le décolleté plongeant, et dans les années 70, le décolleté avait tendance à disparaître au fur et à mesure), supplie d’abord pour sa vie, puis plante ses dents dans le cou de Harker. Elle est interrompue par Lee, qui apparaît alors dans un style de vampire terrifiant et sauvage. Une performance exceptionnelle dans un film où il s’agit avant tout d’action impitoyable. Le vétéran Peter Cushing joue le chasseur de vampires Van Helsing et est en partie responsable d’une des plus grandes scènes de mort OVERDONE dans un film sur Dracula. Des yeux injectés de sang ! Des cris de détresse ! Les mains réduites en cendres. Des choses folles.

Combien de fois Christopher Lee est-il revenu dans le rôle de Dracula ?

Le grand acteur Christophery Lee est surtout connu du public pour son rôle de Dracula. Dans sa filmographie, il y a neuf films dans lesquels il a dû jouer ce rôle :

  •  Dracula (1958)
  •  Dracula : Prince des ténèbres (1966)
  •  Dracula est ressuscité de sa tombe (1968)
  •  Goûtez le sang de Dracula (1969)
  •  Comte Dracula (1970)
  •  Les cicatrices de Dracula (1970)
  •  Dracula A.D. 1972 (1972)
  •  Les rites sataniques de Dracula (1973)
  •  Dracula et fils (1974)

2. Du sang sur les lèvres

Année : 1971 ;

Réalisation : Harry Kumel ;

Distribution : Delphin Seyrig, Daniel Oume, John Karlen

Classement Rotten Tomatoes : 58

Le réalisateur belge Kumel utilise un grand hôtel presque abandonné avec vue sur la mer pour cette habile histoire de polyamour et de vampirisme. Le film s’inspire de la légende de la comtesse hongroise Bathory ainsi que des œuvres de J. Sheridan Le Fanu et Coleridge, mais utilise également l’iconographie du 20e siècle en stylisant les deux premiers vampires féminins en Marlene Dietrich et Louise Brooks. Les couloirs souvent vides dans lesquels le couple malheureux Stefan et Valérie est poursuivi par la comtesse vampire rappellent l’intempestif Dernière année à Marienbad de Resnais. Ce n’est pas pour rien que la comtesse vampire est interprétée par Delphine Seyrig, qui tenait déjà le premier rôle féminin chez Resnais.

Le critique Jeffrey O’Brien commente la tension qui règne dans ce film peu peuplé et fait référence au film de vampires de Fassbinder. Mais laissons l’art de côté – comment le film fonctionne-t-il en tant que film d’horreur ? En fait, très bien. C’est une affaire lente, avec beaucoup de caméras furtives et autres. La caractérisation tordue contribue à une importante “atmosphère de perdition”, comme l’exprime le critique Robert Benayoun. Et dès que le sang coule, le film se met à fonctionner, ce qui est vraiment terrifiant. Le dialogue inspiré du personnage de Seyrig en est un exemple : “Tu es devenu fou ? … Tu as perdu la tête”.

1. Dracula A.D. 1972

Année : 1972 ;

Réalisé par Alan Gibson ;

Distribution : Christopher Lee, Peter Cushing, Michael Coles

Note de Rotten Tomatoes : Non

De la vulgarité du récit, qui représente la transition entre le XIXe et le XXe siècle, à la musique du générique, on sent que beaucoup d’efforts ont été faits. Le concept est suggéré par le titre, et il n’est pas mauvais du tout – le comte est ressuscité dans le Swinging London moderne et se pavane avec les enfants-fleurs à l’envers. Seule l’exécution est un peu guindée, comme on disait autrefois.

Après le prologue, tout commence au présent, lors d’une fête à domicile où se produit le groupe américain Stoneground (dont les membres se sont ensuite séparés pour former des groupes comme Pablo Cruise et Jefferson Starship). Les réalisateurs les autorisent à jouer leur effrayant “Alligator Man” en entier, tandis que les hippies dansants se pavanent dans la villa chic. Après cet acte de vandalisme, le chef hippie Johnny Alucard (je sais, je sais) propose “quelque chose de nouveau”… mais aussi vieille que le temps” : “Meet the Devil”. Le tout est un complot visant à réveiller l’oncle Drake de Johnny, lui-même interprété par Christopher Lee.

Des films sur Dracula ont-ils été tournés au 21e siècle ?

Dracula est encore aujourd’hui un personnage très recherché, ce qui explique que des films lui soient régulièrement consacrés. Au vingt et unième siècle, huit films ont été consacrés au vampire. Le plus récent se déroule en 2020.

Conclusion

Plus d’un siècle après la sortie du premier film Dracula, le personnage a fait l’objet de nombreuses interprétations. Il a été interprété par certains des meilleurs acteurs d’Hollywood et les films de vampires ont été tournés par certains des réalisateurs les plus célèbres du monde. C’est pourquoi les spectateurs d’aujourd’hui peuvent voir différentes représentations de Dracula, les comparer et choisir celle qui leur semble plus organique que les autres dans ce rôle. Que ce soit Christopher Lee dans plusieurs adaptations ou le rôle emblématique de Lon Chaney Jr. Alors installez-vous confortablement et plongez dans l’univers cinématographique sombre du vampire Dracula.

★★★★★

0
Les Pépites de France
WRITTEN BY

Les Pépites de France

L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.