Les trois églises russes de Nice France

236
0
Les trois églises russes de Nice France

Si vous avez déjà visité Nice dans le sud de la France, vous vous demanderez probablement pourquoi il y a trois églises russes dans la ville, Margo Lestz examine les liens russes de Nice avec le passé…

Nice a eu une forte communauté russe depuis le milieu des années 1800, lorsque les nobles russes passaient leurs hivers ici à se mêler au reste de la haute société européenne. Les tsars avaient tendance à rester chez eux et à diriger le pays, mais les tsarines les plus délicates passaient leurs hivers sous le soleil de la Riviera. A Nice, une église, une chapelle et une cathédrale rappellent trois générations de tsarines qui en firent leur résidence d’hiver.

Tsarine n° 1 et la première église russe

En 1856, Alexandra Feodorovna, veuve de Nicolas Ier, est la première tsarine russe à passer l’hiver sur la Côte d’Azur. Elle est venue pour sa santé, mais ce n’était pas la seule raison. Son fils, le tsar Alexandre II l’a envoyée pour renforcer les relations de la Russie avec le roi de Sardaigne. (A cette époque, cette zone était dans le Royaume de Piémont-Sardaigne). Elle était accompagnée de son autre fils, qui était commandant de la marine russe.

Tandis qu’Alexandra charme le roi, son fils négocie un accord pour accoster les navires russes dans le port de Villefranche. La Russie avait perdu les droits sur la mer Noire pendant la guerre de Crimée et avait besoin d’une base navale. Pour la Sardaigne, la flotte russe était une protection contre les invasions autrichiennes. Ainsi, un accord a été conclu et une présence navale russe a été établie à Villefranche qui a duré jusqu’en 1870.

églises russes de nice franceAprès les rencontres fructueuses d’Alexandra avec le roi à Gênes, elle prend un bateau pour Villefranche où elle est accueillie en fanfare par les habitants. Puis elle s’est rendue à Nice pour ses vacances d’hiver. Une fois installée, un autre projet lui est présenté : la communauté orthodoxe russe veut une église, mais la religion d’État du Piémont-Sardaigne est le catholicisme romain et seules des églises catholiques romaines peuvent être construites. Malgré cela, deux ans plus tôt, les Anglais avaient reçu une autorisation spéciale pour construire une église anglicane, alors lorsque les Russes ont fait leur demande, les autorités locales, craignant la réaction de la communauté, ont traîné des pieds. Finalement, les deux gouvernements (Saint-Pétersbourg et Turin) s’en mêlent et l’autorisation est accordée par décret royal.

Les autorités locales acceptent mais exigent certaines contraintes : l’église doit être discrète, se fondre dans les bâtiments environnants, et aucune cloche ne sera autorisée. C’est pourquoi le rez-de-chaussée de ce bâtiment ne ressemble pas à une église. Il abrite une bibliothèque et le sanctuaire est discrètement niché à l’étage. L’architecte a cependant glissé une petite surprise : un dôme qui n’était pas sur les plans. Il ne peut être vu que de loin, mais il a choqué de nombreux habitants.

le L’église a été construite entre 1858 et 1859 et nommée l’église Saint-Nicolas et Sainte-Alexandra en l’honneur de l’empereur décédé Nicolas Ier et de sa femme. Il est situé au 6 rue Longchamp.

Tsarine n°2 et la chapelle Tzarewitch (tsarévitch)

églises russes de nice franceLa deuxième tsarine, Maria Alexandrovna, épouse d’Alexandre II, a poursuivi la tradition de passer l’hiver sur la Côte d’Azur, mais son héritage à Nice est triste. À l’hiver 1865, son fils, Nicolas Alexandrovitch, vint lui rendre visite. Le jeune de 21 ans Tsarévitch, “fils du tsar” était le suivant pour le trône mais malheureusement, pendant qu’il était là, une vieille blessure s’est aggravée et il est tombé gravement malade. Alors qu’il gisait mourant à la Villa Bermond, les Niçois se tenaient dehors en silence, pleurant avec la famille impériale.

Ses parents ont acheté le terrain et la villa dans lesquels le tsarévitch est mort. Ils ont démoli la villa et construit une chapelle à l’endroit exact où se trouvait son lit de mort. C’est une chapelle commémorative, car le corps a été renvoyé en Russie pour y être enterré. Cette chapelle est située derrière la cathédrale orthodoxe russe sur l’avenue Nicolas II, juste à côté du boulevard du Tzarewitch.

Tsarine n° 3 et cathédrale russe

Maria Feodorovna était à l’origine fiancée à Nicolas Alexandrovitch (le jeune tsarévitch décédé), mais après sa mort, elle épousa son frère, qui devint Alexandre III. En 1896, la veuve de 49 ans apprend le projet de construire une nouvelle église orthodoxe russe à Nice, celle de Longchamp étant devenue trop petite pour la communauté grandissante. Elle a pris le projet à cœur et son fils, le tsar Nicolas II, a financé la majeure partie de l’église avec ses fonds privés.

Églises russes de Nice FranceCette fois, il n’y avait aucune restriction pour empêcher les Russes de construire une église. Nice était devenue une partie de la France et avait embrassé la liberté religieuse, de sorte que la communauté russe pouvait avoir sa cathédrale de style russe – les cloches et tout. Ils voulaient représenter la Russie dans sa gloire avec un design traditionnel exubérant.

Dans un premier temps, ils prévoyaient de raser l’église de Longchamp et de la remplacer par la nouvelle. Mais le site était trop petit. Ils choisissent ensuite un site à l’angle des rues Verdi et Berlios. Malheureusement, le sol n’était pas adapté à une si grande structure. Alors Maria a demandé à son fils, le tsar Nicolas II, de faire don d’une partie du terrain à côté de la chapelle du tsarévitch – cela s’est avéré être l’endroit parfait.

L’architecte avait conçu un beau bâtiment pour le site précédent qui disposait de deux grandes entrées identiques pour profiter de l’accès depuis les deux rues. Même si le nouvel emplacement n’était pas au coin d’une rue, ils ont aimé le design et ont décidé de le conserver. C’est pourquoi aujourd’hui, vous verrez deux entrées de la cathédrale, dont une seule est utilisée.

La première pierre a été posée en 1903 et elle a été achevée en 1912. Aujourd’hui, elle trône comme un petit bijou, dans un parc verdoyant de l’avenue Nicolas II, juste à côté du boulevard du Tzarewitch.

Ces trois monuments, liés à l’histoire de ces tsarines, sont encore aujourd’hui utilisés et appréciés par la communauté orthodoxe russe de Nice. La cathédrale est également ouverte au public. Bien sûr, il s’agit toujours d’un lieu de culte, vous devez donc vous habiller convenablement et avoir le meilleur comportement possible.

Margo Lestz vit à Nice, en France, où elle aime se prélasser au soleil, étudier la langue française et bloguer comme thecuriousrambler. Margo dit “La vie n’est jamais ennuyeuse et j’apprends quelque chose de nouveau chaque jour… et il y a toujours des surprises”.

★★★★★

0
Les Pépites de France
WRITTEN BY

Les Pépites de France

L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.