Librairie Shakespeare and Company Paris

535
0
Librairie Shakespeare and Company Paris

Pour tout amateur de lecture, la librairie Shakespeare and Company Paris est un incontournable. Il a été le centre de la communauté littéraire anglophone de la ville pendant soixante ans…

Située juste en face de Notre-Dame de Paris, la boutique est installée dans un bâtiment tordu du XVIIe siècle aux immenses poutres apparentes. Le bâtiment, qui était à l’origine un monastère, s’est transformé en un lieu magique qui donne l’impression de visiter la bibliothèque d’un oncle excentrique. Chaque espace est rempli de livres, entrecoupés d’objets d’art, de signes philosophiques, et ici et là, un vase de fleurs ou un chat qui en ressort.

À l’étage, dans la salle de lecture, un piano est à la disposition des clients, de petits recoins avec des espaces de couchage ou de lecture, de minuscules postes de travail équipés de machines à écrire et de tableaux d’affichage remplis de notes laissées par les visiteurs au fil des ans. Et bien sûr, cette célèbre petite librairie est bondée de gens feuilletant tous ces beaux livres.

shakespeare-paris-walt-whitmanL’homme qui a créé cette magie était George Whitman, un Américain excentrique né dans le New Jersey et élevé dans le Massachusetts. À la fin de ses études universitaires, il entreprit une promenade de quatre ans à travers l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale. Il a pris fin lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté et il a été stationné au Groenland en tant que médecin. Après la guerre, George, grand lecteur, s’installe à Paris et utilise ses coupons GI pour accumuler le plus de livres possible. Puis il a commencé à les vendre depuis sa petite chambre d’hôtel de la rive gauche.

C’est durant ses premières années à Paris qu’il rencontre une autre Américaine du nom de Sylvia Beach. Sylvia avait ouvert une librairie à Paris en 1919 qui s’appelait Shakespeare et compagnie. Il était situé au 12 rue de l’Odéon et était une plaque tournante pour les écrivains de la génération perdue, tels que Hemingway, Stein, Fitzgerald, etc. avait été déclaré obscène. Mais elle Shakespeare et compagnie fermé en 1941 à cause de la guerre et jamais rouvert.

Lorsque George est entré en héritage en 1951, il a finalement eu assez pour acheter une propriété et ouvrir sa propre librairie. Il achète l’immeuble du 37 rue de la Bûcherie dans un quartier délabré et l’appelle Le Mistral. Cet emplacement est maintenant un bien immobilier de choix avec sa vue sur Notre Dame.

George a modelé sa librairie sur le modèle de Sylvia Beach et en a fait un centre communautaire pour les écrivains. Pour lui, encourager les écrivains et les lecteurs était plus important que vendre des livres. En plus d’être une librairie, Le Mistral était une bibliothèque de prêt, elle accueillait des événements littéraires hebdomadaires et c’était une sorte d’auberge.

signe de shakespeare

Quand George était plus jeune et voyageait à travers le monde, il avait été profondément impressionné par la gentillesse des étrangers qui lui avaient prêté main forte quand il en avait eu besoin. Cela a formé sa philosophie qui est affichée sur le mur de la boutique : « Ne soyez pas inhospitalier envers les étrangers de peur qu’ils ne soient des anges déguisés. C’est pourquoi il a permis aux gens (principalement de jeunes écrivains en herbe) de dormir dans la librairie et pourquoi vous verrez des lits intégrés dans les étagères.

George a surnommé ces voyageurs “Tumbleweeds” et on estime qu’environ 30 000 d’entre eux ont séjourné dans cette librairie au fil des ans. Il n’acceptait pas les réservations, donc si quelqu’un voulait rester, il avait un entretien avec George. Il s’enquérait de leur écriture et prononçait ensuite le verdict. Leur séjour n’était cependant pas vraiment gratuit, les Tumbleweeds devaient accepter certaines conditions. Ils devaient promettre de lire un livre chaque jour, d’aider au magasin pendant une heure chaque jour et d’écrire une autobiographie d’une page. Aujourd’hui, des étagères sont garnies de centaines de cahiers relatant la vie de ceux qui sont passés par là.

En 1964, deux ans après la mort de Sylvia Beach, George a changé le nom de sa boutique de Le Mistral pour Shakespeare et compagnie comme un moyen de perpétuer la mémoire de Sylvia.

librairie-shakespeare-parisGeorge s’est marié brièvement et sa fille est née en 1981 alors qu’il avait 67 ans. Il l’a nommée Sylvia Beach Whitman d’après le propriétaire du premier Shakespeare et compagnie librairie. Lorsque Sylvia avait environ six ans, ses parents se sont séparés et elle est allée en Angleterre pour vivre avec sa mère. En 2002, elle revient à Paris pour renouer avec son père vieillissant. Elle a progressivement pris les rênes de la boutique et a apporté des améliorations modernes (telles que l’installation d’un téléphone, d’un distributeur de cartes de crédit et d’Internet) souvent contre les protestations de George. Mais il a fini par revenir et la librairie historique a rejoint le 21ème siècle. En 2011, George, qui avait consacré toute sa vie à la librairie, est décédé deux jours avant son 98e anniversaire dans sa chambre au-dessus de la boutique. Sylvia suit maintenant les traces de son père et s’engage à maintenir l’esprit de la librairie inchangé. Sous sa direction, il devrait rester un haut lieu de la vie littéraire parisienne pour de nombreuses années encore.

Sur le mur à l’extérieur de la boutique se trouve un tableau noir où George avait l’habitude d’écrire des messages. Il l’appelait le Journal mural de Paris et ce qui suit est un extrait de ce qu’il a écrit le 1er janvier 2004, et qui est toujours à la porte du magasin :

“Certains m’appellent le Don Quichotte du Quartier Latin parce que j’ai la tête si haut dans les nuages ​​que je peux nous imaginer que nous sommes tous des anges au paradis. Et au lieu d’être un libraire de bonne foi, je ressemble plus à un romancier frustré. Ce magasin a des salles comme des chapitres de roman et le fait est que Tolstoï et Dostoïevski sont plus réels pour moi que mes voisins d’à côté…

Il y a cent ans ma librairie était un caviste… Plus loin en l’an 1600, tout notre bâtiment était un monastère appelé La Maison du Mustier. A l’époque médiévale, chaque monastère avait un frère lampier chargé d’allumer les lampes à la tombée de la nuit. Je fais ça depuis cinquante ans et maintenant c’est au tour de ma fille. GW”

Margo Lestz vit à Nice, en France, où elle aime se prélasser au soleil, étudier la langue française et bloguer comme thecuriousrambler. Margo dit “La vie n’est jamais ennuyeuse et j’apprends quelque chose de nouveau chaque jour… et il y a toujours des surprises”.

★★★★★

Les Pépites de France
Publié par Les Pépites de France L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *