Paris Ville Lumière comme on ne l’a jamais vue

235
0
Paris Ville Lumière comme on ne l'a jamais vue

Benjamin Trancart est le réalisateur de Paris, la ville lumière et grâce à ce petit film étonnant si joliment photographié et monté, il est sur le point de devenir très connu.

Le film Paris, la ville lumière est un projet accéléré et dépeint Paris d’une manière jamais vue auparavant. Créé à partir de plus de 100 000 photographies prises par Benjamin et mis en musique par Yasawas-Amon Tobin, le film d’un peu moins de 4 minutes dépeint des monuments emblématiques d’une manière nouvelle créant une intensité et une intimité avec le spectateur. Le film donne une vision surréaliste de carte postale de la ville des lumières qui, selon le réalisateur, est nommée ainsi parce qu’elle fut « la ville où, au XVIIIe siècle, les lumières de la science (avec les biologistes comme Buffon ou Jussieu et avec l’encyclopédiste des écrivains comme Diderot ou d’Alembert) et les lumières de la philosophie (Voltaire, Rousseau, Condorcet, Montesquieu, …) se sont allumées… »

Après des études de lettres à l’université de Paris, Benjamin Trancart a commencé à travailler les effets numériques avec l’aide d’amis chez Onickz Artworks. Il a créé sa propre société, Trak, et travaille comme motion designer indépendant avec des agences de production cinématographique et enseigne les effets numériques (After Effects) sur le web et dans un institut de production. Il dit qu’il adore enseigner « Je suis toujours curieux d’apprendre – et nous pouvons tellement apprendre les uns des autres ».

Benjamin a commencé à faire des films en time-lapse il y a 18 mois avec un trépied ordinaire. Bien qu’il ne connaisse pas grand-chose à ce médium, il a été impressionné par les traînées lumineuses et les astuces photographiques. Il décide de créer un projet nocturne dans sa ville natale, Paris. L’utilisation d’un système de contrôle de mouvement lui a permis d’ajouter plus de mouvement aux images accélérées. Benjamin dit « Paris est un terrain de jeu fantastique pour ce genre de vidéo avec beaucoup de vues et de monuments qui m’ont beaucoup inspiré… Cette ville est une énorme source d’inspiration. Je voulais faire un contraste entre l’architecture moderne comme La Défense, Beaubourg, la Tour Montparnasse et les bâtiments anciens comme Le Louvre, Notre Dame. ”

La Défense Paris

Chaque prise de vue d’environ 8 secondes représente deux à trois heures d’attente selon l’exposition et le temps d’intervalle.

Nous avons demandé à Benjamin combien de nuits avait-il passé à filmer ? « C’est difficile à dire… J’ai passé beaucoup de temps après le travail, la nuit, à faire chaque plan. Parfois le mauvais temps m’a poussé à reshooter mais j’aime bien le time-lapse avec les nuages, ça ajoute une dimension dramatique à ton cliché… Paris c’est souvent nuageux donc j’ai eu de la chance !”.

La « routine » nocturne de Benjamin consistait à se rendre au point de vue choisi, à installer le rail et la caméra et à filmer pendant environ 2 heures, mais souvent plus. Au fur et à mesure que le projet devenait plus addictif et qu’il réalisait qu’il passerait des centaines d’heures à prendre des photos, il ajouta des articles à son sac photo : “des chaises de camping, du vin rouge, des dominos…”

Jardin des Tuileries Paris

Les passants, les navetteurs, les touristes s’arrêtaient et regardaient Benjamin au travail. Après avoir réglé le mouvement, le moteur ferait son travail et il pourrait se détendre. Une nuit, alors qu’il filait des étoiles, il a passé cinq heures à parler à un passant du ciel, de la Voie lactée et de la galaxie. Il dit avoir remarqué « que lorsque vous photographiez avec un système de travelling, les gens viennent prendre les mêmes photos que vous. C’est marrant, comme s’ils pensaient ‘Si le gars avec tout cet équipement tourne ici, ça DOIT être un bon coup’ ».

Benjamin dit que “vous ne pouvez pas savoir à quoi ressemblera le rendu tant que vous n’êtes pas chez vous… C’est toujours surprenant de voir comment les nuages ​​évoluent, les gens et les petits détails que votre œil ne peut pas saisir en temps réel”.

Pour sa prochaine aventure, Benjamin dit qu’il aimerait « trouver des points de vue difficiles à atteindre, comme des toits ou même des stations de métro. Tout peut être intéressant. A l’aide de mon film, j’essaie de pousser de nouvelles portes et d’accéder à des endroits cachés, en demandant aux gens s’ils peuvent ouvrir leurs portes et me laisser tourner pendant quelques heures. Le prochain parlera sûrement des Parisiens… J’ai envie de raconter une histoire et peut-être de souligner les écarts entre la beauté de cette ville et les difficultés d’y vivre pour certains. Quelque chose de plus narratif ».

Benjamin TrancartParis

Vous pouvez contacter Benjamin Trancart et en savoir plus sur lui sur son site Trak ou page Facebook Benjamin Traknart.

★★★★★

0
Les Pépites de France
WRITTEN BY

Les Pépites de France

L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.