Que voir et que faire à Pau, Pyrénées-Atlantiques

850
0
Que voir et que faire à Pau, Pyrénées-Atlantiques

Capitale du Béarn historique dans le département des Pyrénées-Atlantiques, l’élégante Pau se dresse sous les Pyrénées. Chaque grande ville a sa rue emblématique. Le boulevard bordé de boutiques. L’avenue monumentale. Ou peut-être le quartier pittoresque bordé de maisons historiques. Mais rares sont ceux qui peuvent se vanter de rivaliser avec l’élégante ville de Pau…

La promenade incontournable de Pau est le boulevard des Pyrénées, bordé d’un côté par d’imposants immeubles Belle Epoque et, de l’autre – oui, vous l’avez deviné – par les lointains sommets déchiquetés des Pyrénées. Mais ne retenez pas votre souffle. Vous avez besoin d’un minimum de chance pour profiter de la toile de fond spectaculaire de ce magnifique boulevard de haut niveau. Gillian Thornton découvre ce qu’il faut voir et faire à Pau…

Boulevards Belle Epoque

Je suis allé à Pau deux fois auparavant et à chaque fois j’ai trouvé cette frontière de montagne accidentée obstinément cachée dans les nuages, donc je suis ravi pour la troisième fois de voir les montagnes s’élever dans le ciel du soir. Je peux même les identifier, chacune soigneusement étiquetée sur les grilles de fer qui bordent le côté sud du boulevard. Alignez simplement l’encoche de la balustrade avec la haute cheminée de l’ancienne usine de tramway en contrebas.

Le boulevard commence à quelques pas de mon élégant hébergement de nuit à l’Hôtel Parc Beaumont, qui surplombe un magnifique espace vert entrecoupé d’arbres magnifiques et de lacs tranquilles. Restez ici pendant les courses de voitures légendaires en mai et vous serez aux premières loges de l’action alors que les pilotes passent devant. Le reste de l’année, cet hôtel moderne constitue un pied-à-terre tranquille pour découvrir la ville à pied.

Découvrir Pau

Des palmiers poussent sur une passerelle surplombant les montagnes à Pau

Pau doit une grande partie de son succès aux Britanniques. D’abord sont venus les soldats de Wellington qui sont passés en 1856 après les guerres napoléoniennes et ont aimé ce qu’ils ont vu. Beaucoup d’entre eux ne sont jamais partis, se sont installés et ont créé le tout premier golf de France. Le médecin écossais Alexander Taylor a vanté les vertus de l’air pur de la ville, et bientôt les aisés d’Europe sont arrivés pour profiter des soirées dansantes, des parties de chasse et de la scène sociale animée.

Leurs villas Belle Epoque parsèment encore la ville et bordent le boulevard des Pyrénées, imaginé par l’ingénieur Jean Charles Alphand. En 1891, Alphand déclare que « Pau doit avoir sa Promenade des Anglais de Nice » et il entreprend d’en créer une.

Aujourd’hui cette merveille du 19e l’ingénierie du siècle est une promenade incontournable avec son panorama montagneux et son accès direct aux places historiques telles que la Place Royale, cœur de la ville depuis le 18e siècle, et Square Georges V, créé dans les années 20 et 30. Accrochez-vous à cette célèbre balustrade pour voir un rappel des cyclistes français qui sont passés par Pau sur le Tour de France; leurs noms et dates sont peints sur le tarmac de l’avenue Napoléon Bonaparte en contrebas.

Funiculaire au pied d'une ligne escarpée

Les niveaux supérieur et inférieur sont reliés par endroits par des marches ou un ascenseur. Mais le transit le plus insolite se fait à bord du funiculaire gratuit. Il a été installé en 1908 pour relier le centre-ville à la gare sur les rives du Pau de Gave. Il circule toutes les trois minutes du matin au milieu de la soirée, les après-midi uniquement le dimanche.

Au pied du Funiculaire près de l’ancienne piste cyclable de la ville, 104 totems en bronze racontent l’histoire du Tour de France avec des anecdotes et des photos d’archives. Pau a accueilli l’événement pour le 71st fois en 2019. Chaque année, un nouveau totem s’ajoute au Tour des Géants pour célébrer le vainqueur.

Châteaux, tours et légendes

Grand château avec plusieurs tours à Pau

Le boulevard des Pyrénées s’achève sous le monument le plus emblématique de Pau, le Château de Pau d’un blanc éclatant avec ses tourelles, tours et balustrades. Fortement remanié au cours des siècles, le château a vu l’ajout d’un donjon défensif en briques par Gaston Fébus au 14e siècle. Mais son aspect actuel est en grande partie dû à une importante restauration au XIXe siècle sous Louis-Philippe.

Cherchez la Tour de la Monnaie, légèrement à l’écart, et qui abrita une Monnaie royale jusqu’à la Révolution française. Et admirez les motifs géométriques des jardins de la Renaissance. Dirigez-vous ensuite à travers le fossé profond via le Pont d’Honneur jusqu’à la cour et l’entrée principale. A l’intérieur, la maison natale d’Henri de Bourbon – futur Henri III de Navarre et Henri IV de France – abrite de riches collections de dessins, peintures et sculptures. Et il y a une importante collection de tapisseries Louis XIV et Louis XV.

Face à l’entrée du château, l’Hôtel Sully est l’une des nombreuses demeures aristocratiques du Quartier du Château. La légende raconte que le fait de brosser le heurtoir de porte Basset Hound réparera un cœur brisé. Des immeubles plus imposants bordent la rue Joffre, anciennement appelée simplement Grande Rue, et désormais l’une des rues piétonnes de plus en plus nombreuses du centre-ville.

Cité des surprises

Mais descendez les marches derrière le château pour découvrir le quartier du Hédas. C’est l’un des quartiers les plus anciens de la ville et il a récemment fait l’objet d’un relooking urbain. Les femmes venaient autrefois y puiser l’eau du ruisseau du Hédas, aujourd’hui souterrain. Aujourd’hui, une agréable passerelle relie des aires de jeux et de minuscules parcs, nichés à l’arrière de propriétés à plusieurs étages face aux montagnes.

Pau regorge de surprises et j’en ai découvert une des meilleures rue Tran, parallèle à la rue du Hédas. Prenez à droite la rue des Cordeliers. Ici, le musée Bernadotte retrace la vie extraordinaire de Jean-Baptiste Bernadotte. Humble soldat né à Pau en 1870, il devient général de brigade sous Napoléon Bonaparte. Sa réputation était telle que lorsque le roi de Suède Charles XIII mourut sans héritier en 1818, Bernadotte fut invité à occuper le poste royal. À ce jour, ses descendants règnent toujours à Stockholm. Tout un cheminement de carrière!

Vue sur les montagnes depuis un restaurant à Pau

Délices gastronomiques

Errant plus profondément dans la ville, dos aux Pyrénées, je me suis arrêté pour savourer les images et les odeurs des Halles. Ce pôle gastronomique a été entièrement rénové depuis 2017. C’est désormais clairement un lieu prisé avec ses bars à vin, ses stands de restauration et ses escalators.

Cette halle ultra-moderne est une étape incontournable pour qui, comme moi, a acheté un Pass Gourmand. C’est une initiative géniale qui permet aux visiteurs de se faire une idée de la ville en bouchées. Plus de 22 boutiques et stands de nourriture dans le centre-ville et dans les Halles servent une sorte de saveur locale emblématique en échange d’un billet. Un macaron sucré, ici. Une datte farcie au foie gras là-bas. Et peut-être un verre de Jurançon pour arroser le tout. Sur place, à emporter ou à emballer pour un pique-nique gourmand, peut-être avec vue sur les Pyrénées.

Les célèbres parapluies de Pau

La météo ne vous convient pas ? Pas de problème si vous passez par ma dernière escale. L’unique Fabrique de Parapluies se trouve à un pâté de maisons des Halles, à l’angle de la rue Montpensier et de la rue Nogué. Au tournant du siècle dernier, les bergers faisaient halte à Pau. Leurs moutons paissaient sur l’actuelle place de Verdun, en route vers et depuis les alpages pour le pâturage d’été.

Et ici à Pau, ils rattraperaient la réparation de leurs parapluies traditionnels. Chacun un compagnon de vie qui les a abrités de la pluie, du soleil et même de la foudre. Il y a vingt ans, Hervé Pando ouvrait un atelier de parapluies à Pau. Et aujourd’hui son fils Christophe est le dernier artisan à fabriquer à la main des parapluies de bergers.

Fabriqués à partir de coton imperméabilisé à double épaisseur avec neuf côtes robustes, les parapluies sont garantis de ne pas se retourner. Ils peuvent être tenus en l’air mains libres, grâce à une poignée ronde en bois de hêtre qui se range parfaitement dans la poche du berger. L’accessoire parfait pour tout pique-nique – qu’il pleuve ou qu’il vente – le long du Boulevard des Pyrénées !

Les indispensables de Pau

S’y rendre : Par le train: Liaisons TGV quotidiennes vers Paris, Toulouse et Bordeaux. La gare SNCF se trouve dans la ville basse avec un accès funiculaire au centre-ville. Par avion: L’aéroport de Pau est à 13 km du centre-ville. Envolez-vous vers Pau depuis Londres-Heathrow avec Air France. Ou vers Toulouse (195km) ou Biarritz (125km)

Où se loger et se restaurer : Gillian a séjourné à l’hôtel Parc Beaumont qui dispose de 75 chambres, d’un spa, d’un restaurant gastronomique, d’un café et d’un parking privé www.hotel-parc-beaumont.com. Elle a mangé au Poulet à 3 Pattes, 26 Boulevard des Pyrénées – terrasse extérieure ou tables intérieures. Pour la plus haute vue de toutes, réservez un séjour au Belvédère AirBnB, un micro-maison avec un seul lit double, une petite cuisine et une salle de douche dans une tourelle vitrée à plusieurs étages www.airbnb.com

Informations touristiques : Visite www.tourismepau.com

Gillian Thornton est une rédactrice de voyage primée spécialisée dans les destinations et le style de vie français et membre de la British Guild of Travel Writers.

★★★★★

Les Pépites de France
Publié par Les Pépites de France L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *