Saint Quentin Picardie et un grand secret de guerre

408
0
Saint Quentin Picardie et un grand secret de guerre

Saint-Quentin en Picardie abrite de nombreuses caractéristiques architecturales exceptionnelles, dont une extraordinaire basilique médiévale visible à des kilomètres à la ronde dans la campagne picarde, déclare Bob Lyons lors de sa visite de cette ville française par excellence…

La Basilique Saint Quentin est imposante et dominante et porte les stigmates des dégâts de la Grande Guerre survenus dans cette région entre 1914 et 1918. Cet édifice ecclésiastique porte également les traces de la préparation de sa destruction par les explosifs allemands. À côté de la gare de la ville, il y a un puissant mémorial de guerre commémorant les soldats tombés de la ville pendant la Première Guerre mondiale. Saint-Quentin a été occupé au début de la Première Guerre mondiale et a été utilisé comme élément de leur ligne défensive Hindenburg. Le lycée Henri-Martin, que vous pouvez visiter, a été utilisé par Sir John French comme quartier général lors de la tristement célèbre retraite de la ville belge de Mons en 1914. Saint Quentin ces jours-ci est très coloré, animé et avec un solide sens de la culture typiquement gauloise.

Basilique_Saint-QuentinSaint-Quentin est au cœur de tant de vestiges des combats de la Grande Guerre et de nombreux cimetières militaires l’entourent ; les champs de bataille de la Somme se trouvent non loin à l’ouest, vers la côte. Le célèbre musée de la Grande Guerre, sous les rues d’Albert, est tout proche. Étrangement, Saint-Quentin est rarement visité par les touristes qui souhaitent voir les symboles restants de la Grande Guerre, mais cela devrait être une attraction centrale.

En me promenant dans le centre-ville, Saint-Quentin m’a rappelé tout ce que j’avais trouvé de si rassurant et réconfortant sur la France au fil des ans. J’ai pris le café et le déjeuner sur une terrasse de rue à l’extérieur d’un beau petit café. Devant moi se trouvait une place centrale très imposante et grande. Sur le bord le plus éloigné, gardant la ville, un hôtel de ville exceptionnellement grand abrite de nombreuses statues impressionnantes qui avaient été sculptées sur les murs.

Après mon retour en Angleterre, en lisant sur Saint-Quentin, j’ai découvert des informations concernant un événement bizarre qui s’est produit presque à l’endroit même où je m’étais assis à l’extérieur du café. C’est quelque chose qui s’est passé en août 1914 sur la place de la ville que j’avais admiré…

La reddition britannique à Saint Quentin

Le lieutenant-colonel John Ford Elkington était le fils du lieutenant-gouverneur de Guernesey, un général qui avait mené une brillante carrière dans l’armée britannique. Elkington a reçu une éducation privée classique à Elizabeth College dans les îles anglo-normandes. À la fin, il a suivi son père dans l’armée. Le colonel John Elkington a combattu pendant la guerre des Boers en remportant la médaille de la reine avec quatre fermoirs.

En août 1914, le lieutenant-colonel Elkington dirige le 1st. Royal Warwickshire Regiment lors de la retraite alliée de Mons en Belgique. Son commandant en second était le colonel Mainwaring du 2nd Fusiliers royaux de Dublin. Le colonel Mainwaring était exceptionnellement fatigué de la guerre et malade. Pendant leur retraite, ces deux officiers conduisirent leurs hommes à Saint-Quentin. D’une manière ou d’une autre, ils ont concocté un accord écrit avec le maire français de la ville. Ils ont convenu qu’il n’y aurait aucune résistance à l’approche de l’armée allemande. Les Britanniques et les Français étaient las de la guerre, affamés, assoiffés et profondément fatigués. L’accord garantirait qu’il n’y aurait plus de victimes de guerre et que de la nourriture serait fournie à tous les soldats affamés. Cela semblait à l’époque être une reddition militaire claire et nette.

Le colonel Mainwaring a signé l’accord sur la place centrale devant la mairie ; Elkington a quitté les lieux, partant seul pour la gare locale. Les raisons n’ont jamais été documentées.

Les deux officiers britanniques ont ensuite été traduits en cour martiale et renvoyés des forces armées. Les remarques finales cependant, faites à la fin du processus, ont été publiées et ont souligné que le colonel Elkington n’était pas discipliné pour tout manque de courage. Il a été attribué à une brève erreur de jugement commise dans des circonstances de grand stress, de fatigue et de véritable souci du bien-être des hommes sous son commandement.

Retour au bercail…

Elkington a quitté l’armée britannique en tant qu’homme brisé d’âge moyen confronté à une humiliation épouvantable. Il rejoint ensuite la Légion étrangère française dans les rangs ordinaires. Il avait alors cinquante ans. Il a de nouveau vu le service sur le front occidental et a été personnellement impliqué dans un incident où sa conduite était si remarquable et courageuse qu’elle a été portée à l’attention du commandant français, le colonel Joffre. La Médaille Militaire et la Croix de Guerre avec palme ont été conférées à cet ancien officier britannique par l’État français, la plus grande distinction qui puisse être décernée à un étranger par l’armée française. La démonstration de bravoure et de courage a été qualifiée d’assez extraordinaire.

La London Gazette a rapporté plus tard qu’à la suite de ses actions dans la Légion étrangère, Elkington devait être renvoyé dans son grade d’origine dans l’armée britannique. Le roi britannique avait clairement indiqué que la cour martiale d’Elkington n’avait porté aucun jugement sur son courage. Sa réintégration était une justification personnelle non seulement pour lui mais aussi pour ses compatriotes.

Le colonel Mainwaring n’est jamais revenu dans les forces armées britanniques et est mort dans l’obscurité, semble-t-il. Le colonel Elkington est retourné à la guerre en tant qu’officier supérieur britannique et a ensuite été gravement blessé au combat.

Au moment de la « reddition » à Saint-Quentin en 1914, l’un des officiers subalternes du Warwickshire ce jour-là était un certain Bernard Montgomery. Il devint plus tard le maréchal distingué, puis le vicomte. Son service pendant la Seconde Guerre mondiale, comme tout le monde le sait, a été illustre. Montgomery n’avait clairement rien retenu contre Elkington alors qu’il déposait plus tard une couronne à un mémorial pour lui.

Saint Quentin, une ville française par excellence

saint quentin

Saint Quentin est un lieu curieux à visiter qui se trouve à un croisement de la rivière Somme au milieu de la campagne picarde juste à l’est d’Amiens. Après la guerre, l’architecture de la ville a été reconstruite dans le style Art déco, un mode courant dans le nord-est de la France, tel qu’il était populaire pendant les années de reconstruction des années 1920. Il existe de nombreuses fonctionnalités supplémentaires à visiter à Saint-Quentin. Les musées comprennent la maison de la famille Matisse et le musée de la Résistance et de la Déportation en Picardie ; les jardins magnifiquement entretenus des Champs Elysées sont parfaits pour un pique-nique par une journée ensoleillée.

Une grande partie de l’histoire de la Grande Guerre se situe dans le Nord, le Pas de Calais et la Picardie. Saint-Quentin n’est pratiquement jamais inclus dans aucune des routes touristiques des champs de bataille. C’est cependant un acteur majeur de cette période et peut révéler tant de secrets qui lui sont propres depuis un siècle ou plus. Saint Quentin est lumineux et dynamique ces jours-ci. C’est un symbole typique d’une France moderne et fourmille d’une vie énergique, optimiste et enthousiaste.

Bob Lyons est un pilote devenu écrivain voyageur qui parcourt la France.

★★★★★

0
Les Pépites de France
Publié par Les Pépites de France L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *