Gouffre de Padirac Dordogne le “trou du diable” français

1003
0
Gouffre de Padirac Dordogne le "trou du diable" français

Into the Abyss and Back Again… le Gouffre de Padirac Dordogne – le « Trou du Diable » français est une merveille naturelle étonnante et unique en France dit l’intrépide francophile Bob Lyons…

J’ai visité la région de la vallée de la Dordogne en France et j’ai décidé de faire escale dans ce que les Français appellent le “Trou du Diable”. Considéré comme l’une des plus grandes curiosités géologiques de France et la plus grande de ce type dans le pays, le nom officiel est le ‘Gouffre de Padirac’ et en lui se cachent de nombreuses caractéristiques mystérieuses et opportunités d’aventure.

Le village de Padirac se situe dans le département du Lot de la région Midi-Pyrénées, à proximité de Bretenoux. Le trou du diable s’est formé lorsqu’une vaste partie du terrain calcaire local s’est effondrée, laissant un grand cratère béant dans le sol de 33 mètres de diamètre. Il a été découvert par Eduard-Alfred Martel, un avocat local et ouvert au grand public en 1898. Arrivés pour une visite guidée, nous avons commencé notre descente, en prenant quelques-uns des 560 pas inspirés d’Eiffel que nous devions utiliser avant notre voyage était terminé. Après une période assez brève de démarches précipitées et prudentes, nous avons été transférés dans le premier des deux ascenseurs qui nous emmèneraient profondément dans les entrailles de la terre. Nous sommes descendus jusqu’au monde mystérieux, calcaire et secret, semblable à une cathédrale, qui vivait tout seul dans les profondeurs souterraines.

vue sur le gouffre de padirac

La visite a commencé à pied. Nous avons été conduits le long de sentiers confinés et étroitement clôturés. La géologie naturelle consistait en des caractéristiques imposantes de calcaire et de mammouth, avec des stalactites et des stalagmites d’une proportion énorme – une vue époustouflante. L’eau naturelle coulait sur nous du vaste plafond au-dessus de nos têtes. La route à travers les formations rocheuses était éclairée artificiellement; il aurait été complètement noir si l’alimentation avait été coupée, bien que notre guide nous ait assuré que deux alimentations secteur complètement séparées alimentaient toujours le système. L’air était humide mais étrangement doux. La température, de jour comme de nuit, est toujours constante à 13°C et l’humidité constante à 98%.

gouffre de padirac

De part et d’autre des sentiers coulaient des cours d’eau peu profonds et naturels. Pour commencer, ils mesurent environ 50 centimètres de profondeur et contiennent de la vie primitive. Des espèces rares de crevettes et d’escargots flottaient tout autour de nous. Les piliers calcaires au-dessus de nous abritent plus de 11 espèces de chauves-souris. Trois d’entre eux appartiennent à des races en voie de disparition et ne vivent que dans ce “trou du diable”. J’avais l’impression de marcher sur une planète étrange et lointaine complètement séparée de toute expérience humaine familière. Après quelques centaines de mètres, on nous a indiqué que le voyage continuerait en bateau.

Au fur et à mesure que nous avancions en bateau, l’eau s’approfondissait et le ruisseau se transformait en un lac de 4 mètres de profondeur appelé le Lac de la Pluie ou Lac de la Pluie, une description très appropriée. À ce moment-là, mon meilleur blazer devenait assez humide. Tout près au-dessus de nous, nous pouvions voir la grande et majestueuse stalactite appelée la Grande Pendeloque. Son nez touchait presque la surface de l’eau du lac et sa masse s’étendait sur plus de 60 mètres jusqu’au plafond au-dessus. C’était une caractéristique naturelle extraordinairement impressionnante. Sa surface dégoulinait de gouttes de pluie naturelles, constamment érodées mais re-sculptantes.

Plus loin, nous arrivons au Grand Dôme, un espace caverneux aux proportions énormes culminant à 94 mètres au-dessus de nos têtes. Vivre un tel spectacle à plus de 100 mètres sous la surface de la terre dans une semi obscurité et un air humide et fétide est une expérience grandiose.

gouffre de padiracJe n’ai pas réagi très heureusement à ma tournée souterraine. Je pensais que c’était un peu comme si j’étais dans ma tombe alors que les formations rocheuses enveloppantes et déchiquetées masquaient tout contact conscient avec le monde familier encore si haut au-dessus de moi. Je ne suis pas claustrophobe mais je voulais retourner là où était mon monde connu. Alors que nous approchions du coup de circuit, j’ai aperçu un buste en métal de l’explorateur Martel émergeant du calcaire sombre et aqueux. L’espace d’un instant, j’ai cru que c’était Saint-Pierre, qui me dévisageait, m’interdisant le passage par les portes nacrées. J’avais besoin de quelque chose de fort et de français pour calmer mes nerfs.

J’ai personnellement trouvé que mon voyage était une expérience étrangement profonde. J’ai vraiment senti que j’avais brièvement marché sur une planète lointaine et étrangère, presque comme si j’avais eu un avant-goût de ma propre mort et de mon enterrement sous les structures calcaires englobantes. J’étais content de retourner dans le monde réel en haut. Je ne suis qu’un homme d’âge moyen et vous pouvez être assuré que vos enfants vont tout simplement adorer – mais n’oubliez pas de prendre leurs imperméables ! L’année dernière, plus de 430 000 visiteurs sont descendus dans le « Trou du Diable » et en sont remontés.

Bob Lyons est un ancien pilote devenu écrivain de voyage et un francophile complet.

Le Gouffre de Padirac est ouvert du début des vacances de printemps jusqu’à la fin de l’automne, détails sur le site internet pour Gouffre de Padirac

★★★★★

Les Pépites de France
Publié par Les Pépites de France L'équipe des Pépites de France.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *