Tout savoir sur la Faune en Auvergne

59
0

L’Auvergne, est un département de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Région culturelle et historique française située au cœur du Massif central. Elle est composée de quatre départements : L’Allier, le Cantal, la Haute-Loire et enfin le Puy-de-Dôme.

La région est remplie de la diversité de la faune et de la flore. L’Auvergne abrite de nombreuses forêts, lacs, volcans et parcs naturels, dont le parc des volcans d’Auvergne avec ses célèbres monts du Cantal, ou encore le massif du Livradois et les monts du Forez qui dominent la plaine d’Ambert. La chaîne des Puys comprend 80 volcans répartis sur 45 km jusqu’à la partie nord du massif. Chaque année, des touristes et des randonneurs du monde entier viennent explorer les merveilles naturelles de l’Auvergne. Explorez la richesse incontestable des mammifères vivant en Auvergne.

L’Auvergne compte 51 espèces de mammifères sauvages, comme les chamois et les mouflons, les marmottes, les chevreuils, les faucons pèlerins, les merles des rochers, etc. Ces dernières années, la faune s’est enrichie de la réapparition d’espèces disparues comme le campagnol des neiges. Le chamois a été découvert et peut être localisé jusqu’à la chaîne des Puys ainsi que dans la vallée de la Sioule. Depuis quelques années, le loup et le lynx font leur retour. En général, l’apparition d’espèces se fait sans intervention de l’homme, c’est le cas par exemple de la loutre et du castor, ainsi que du chat forestier et de la genette. On assiste également à la découverte de nombreuses espèces intrigantes et largement méconnues.

Les animaux sauvages des plaines et des cieux

C’est dans les forêts ou dans les plaines et les montagnes que vous verrez de magnifiques créatures comme l’aigle à botte ou le milan royal. La région est peuplée d’autres petits mammifères, notamment des belettes, des fouines et des lapins, des lièvres, des écureuils et des campagnols. Les animaux qui attirent les chasseurs comme le sanglier, le cerf et le chevreuil se trouvent dans la forêt de Troncais.

Le cerf est un animal magnifique, c’est l’un des plus abondants parmi la faune d’Auvergne. Fort et robuste, il est capable de bonds gigantesques allant de 15 mètres de long à 3 mètres de haut. En septembre, vient la saison des ” brames “. Ces cris fulgurants sont destinés à montrer la supériorité des mâles au sein du groupe pour attirer l’attention des biches qui vivent en groupe.

Le mouflon de Corse, découvert dans les années 1950 dans les monts du Cantal et du Sancy, fréquente les terrains pierreux et secs. Les mâles se distinguent par leurs grandes cornes qui ne tombent pas comme celles des cerfs. La femelle donne naissance à son nouvel agneau au printemps, puis l’allaite pendant six mois. Les mouflons sont des animaux extrêmement athlétiques. De l’aube à la nuit, ils parcourent aussi bien les collines que les plaines. Contrairement aux femelles qui font partie de troupeaux et aux mâles, ils sont solitaires comme les cerfs. Les meilleurs endroits pour observer le mouflon sont dans les montagnes de Dore qui culminent dans le Puy de Sancy et sur les pentes du Puy Mary.

On peut également observer au sommet de la colline des rossignols, des merles et des sternes et d’autres oiseaux de proie comme le milan royal. Les oiseaux de montagne, comme les pics noirs et les merles, planent au-dessus des sommets volcaniques. Dans ces hauteurs volcaniques, on trouve des hiboux grands-ducs qui se réfugient dans les rochers. De juillet à septembre, les Flancs du Cantal sont le théâtre de nombreuses migrations. Ces oiseaux peuvent être aussi simples que des papillons ou des coléoptères. Il peut aussi s’agir de chauves-souris. La région Rhône-Alpes abrite 29 espèces de chauves-souris. La particularité de cette région est qu’elle est capable d’abriter des populations massives d’espèces menacées comme le petit Rhinolophe souvent appelé petit fer à cheval. Le Grand Murin est présent dans la région de l’Allier, et c’est l’une des principales colonies de reproduction de cette espèce en Europe. Il y a des Barbastelles qui hivernent dans des refuges et des abris. Les chauves-souris de haute altitude, telles que la Grande Noctule, la Sérotine bicolore ainsi que la Sérotine de Nilsson sont présentes dans certaines zones, telles que les gorges du Cher ainsi que la Montagne Bourbonnaise, les gorges de la Sioule, et les gorges de la Cère qui sont situées dans la région Auvergne.

L’oiseau au bec botté est un oiseau rare en France, que l’on voit migrer à travers l’Auvergne au cours des mois de mars et d’avril, après avoir été en hibernation en Afrique du Nord ou dans le sud de l’Espagne. Cet étonnant oiseau migrateur, au corps élancé et au bec crochu, se trouve au pied de gorges profondes ainsi que dans la vallée de la Sioule. Il affectionne particulièrement les clairières forestières que l’on trouve dans les cours d’eau.

La faune du sol

Le sol auvergnat abrite de petits mammifères, principalement des rongeurs, mais aussi des reptiles. Il existe 15 espèces de reptiles qui vivent dans le sol et, même s’il est facile de repérer les lézards, il est encore plus difficile d’identifier les reptiles et les serpents. Parmi les espèces de tortues, vous pouvez repérer la magnifique tortue indigène connue sous le nom de Cistude sur le territoire de l’Allier. Au sud du Cantal se trouve le Lézard ocellé et, enfin dans les milieux frais et ombragés du Massif Central vit une couleuvre venimeuse qui n’est pas une espèce différente de la vipère.

Il existe vingt espèces d’amphibiens qui sont menacées et comptent parmi les plus anciens vertébrés vivant sur la terre…

Les espèces aquatiques

Les randonneurs qui parcourent les nombreux cours d’eau, lacs et étangs que compte la région pourront apprécier les eaux où cohabitent carnivores, salmonidés et poissons blancs. Une grande chance et une chance unique pour les passionnés de pêche de chercher et de trouver des poissons dans les eaux vastes et fraîches des lacs Pavin, Servieres ou Bouchet (Haute-Loire).

Le saumon atlantique, autrefois très présent dans les eaux de l’Allier, est désormais très rare, d’autant que la pêche au saumon est désormais suspendue. En effet, le nombre de saumons adultes est passé de 30 000 à moins de 1000 depuis la création du barrage des Poutes-Monistrol.

Heureusement, l’extinction a été évitée par un plan de protection et d’équipement dont le seul but était d’aider à la reproduction.

Conclusion

La richesse naturelle de l’Auvergne s’explique simplement par une grande variété directement liée au sol, au climat et au relief et aux substrats, mais aussi par une grande région rurale relativement peu développée avec un système agricole moins intensif que le reste de la France.

★★★★★

0
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.